Présentes tout au long de l’année, les puces et tiques reviennent en force quand la météo est clémente notamment au printemps, propice à leur prolifération à l’extérieur ainsi que dans les habitats où elles aiment se loger (moquettes, tapis, parquet, endroits de couchage des animaux, etc.).

Les puces

Les puces sont responsables de démangeaisons (prurit).
Le chien va se gratter, se mordiller, alors que le chat a davantage tendance à se lécher de manière excessive. Il va ingurgiter 80% des puces présentes ce qui explique qu’il est rare d’observer des puces chez le chat. Et un animal qui ne se gratte pas n’est pas forcément un animal qui n’a pas de puces …

Les puces peuvent aussi transmettre un Ténia (Dipylidium caninum), un vers intestinal.Les humains – particulièrement les enfants – peuvent être concernés par Dipylidium caninum, surtout en se laissant lécher par l’animal. D’où l’intérêt dans la lutte contre les puces et de ne pas sous-estimer un traitement contre les parasites internes en utilisant un vermifuge qui sera donné 48 heures après le traitement anti-puce.

Enfin, chez le chat, la puce peut transmettre une bactérie. Cette dernière est à l’origine de la maladie des griffes du chat chez les humains (Bartonellose)

Les tiques

Les tiques sont elles aussi responsables de nombreuses maladies. Dont certaines graves et potentiellement mortelles.

Chez le chien, citons entre autres : la piroplasmose (babésiose) -contre laquelle un vaccin existe mais dont l’efficacité n’atteint pas les 100% -, la maladie de Lyme (borréliose) ou encore l’ehrlichiose.

Chez le chat, une maladie peut être transmise par les tiques : l’hémobartonellose (on parle également de mycoplasmose), mais qui demeure toutefois peu fréquente.

Prévention

Pour prévenir les tiques, il est nécessaire d’examiner le pelage de l’animal très souvent et de retirer le parasite le plus tôt possible pour éviter une éventuelle transmission de maladie.

Pour cela, utilisez un crochet à tiques spécifique qui vous permettra par un mouvement rotatif de retirer la tête de la bête sans qu’elle ne reste dans la peau du chien. Concernant les puces, les infestations sont souvent bien plus massives mais plus discrètes. Un chien qui se gratte très souvent doit alarmer le maître.

Traitement

Quel antiparasitaire utiliser pour lutter contre les puces et les tiques ? Il en existe un grand nombre, pour la plupart très efficaces. Le choix de ce produit se fera sur les recommandations du vétérinaire.

Il existe des antiparasitaires sous forme de cachets, de pipettes (spot on) ou de colliers . Il est indispensable de prendre conseil auprès de votre vétérinaire afin de connaître la forme la plus adaptée (mode d’administration et mode de vie de votre animal ).

Concernant les comprimés, ils existent aussi bien chez les chiens que chez les chats et ont des durées d’action variable de 4 à 12 semaines.

Nous attirons votre attention sur les races à risque telles que les colley, les Bergers australiens, les Border collies… certaines molécules (quelque que soit le mode de présentation) sont contre-indiquées et nous vous conseillons de faire tester votre animal pour les intolérances médicamenteuses.

N’hésitez pas à nous demander conseil afin de faire le choix le plus adapté à votre compagnon et son mode de vie.

L’équipe de VetosAlpilles